RSS YouTube Flickr
Nouvelle

L’AMA ne portera pas en appel la décision motivée de l’USADA dans l’affaire Lance Armstrong

2 novembre 2012

L’Agence mondiale antidopage (AMA) confirme qu’elle n’exercera pas son droit d’appel indépendant à la suite de la décision motivée rendue par l’Agence antidopage des États-Unis (USADA) dans l’affaire de l’ex-cycliste Lance Armstrong.

Cette décision fait suite à un examen rigoureux et complet de tous les éléments de la cause et comprend l’avis d’experts indépendants sur l’application de la prescription. Cet avis confirme sans équivoque que l’interprétation fournie par l’USADA est fondée et appuyée par la jurisprudence.

La déclaration de l’AMA survient moins d’une semaine après l’annonce de l’Union Cycliste internationale (UCI) de ne pas porter la cause en appel bien qu’à ce moment, l’organisme responsable du cyclisme avait ouvertement critiqué l’USADA.

À ce sujet, le président de l’AMA, John Fahey, a déclaré : « L’AMA réfute les critiques à l’égard des procédures de l’USADA et considère que les preuves sont incontestables. L’AMA estime que les actions de l’USADA ont démontré la nécessité de permettre aux sportifs de présenter des preuves afin de démasquer les tricheurs.

« À la suite de la déclaration du Comité directeur de l’UCI la semaine dernière, l’AMA attend avec grand intérêt les détails de l’enquête indépendante proposée, y compris sa composition et les dispositions de son mandat.

« Il est important que l’enquête se déroule en toute indépendance et permette un examen exhaustif de toute la conjecture ainsi que l’accès à toutes les preuves et renseignements nécessaires. Ceci doit se faire par une commission disposant des pleins pouvoirs d’enquête.

« Seules l’indépendance et les dispositions requises permettront à l’enquête de s’attaquer efficacement à la culture systémique du dopage qui a été tolérée au sein du cyclisme durant cette période.

« L’AMA n’a eu aucune communication avec l’UCI au sujet de l’enquête annoncée, de la décision motivée dans l’affaire Armstrong et des décisions de la direction de l’UCI. L’AMA consentira à participer à l’enquête si son mandat est bien établi et si les parties impliquées sont qualifiées et sans reproches.

« Il ne s’agit pas d’une situation dans laquelle, en raison des résultats de contrôle négatifs d’un sportif, l’organisation faîtière du cyclisme n’aurait pas eu à en faire davantage. Une organisation nationale antidopage a dû faire preuve de beaucoup de détermination et d’efforts pour recueillir elle-même les preuves accablantes à la suite des allégations soulevées par Floyd Landis en 2010.

« Cette affaire a permis d’imposer une sanction équitable et appropriée au sportif concerné et a causé une véritable onde de choc dans le monde du sport. Pour ces raisons, l’AMA félicite l’USADA pour le travail effectué. »